Laura Accerboni est née à Gênes en 1985 et vit en Suisse. Ses poèmes ont été publiés dans plusieurs revues italiennes et étrangères, parmi lesquelles : Nuova corrente, Poesia, Steve, Capoverso, Italian Poetry Rewiew, Gradiva, Loch Raven Review, Kluger Hans… Elle a publié deux recueils de poèmes, respectivement Attorno a ciò che non è stato (Edizioni del Leone, 2010) et La parte dell’annegato (Nottetempo, 2016). Elle est lauréate de nombreux prix littéraires, dont le Lerici Pea giovani (1996), le Piero Alinari (2011) et le Achille Marazza Opera Prima (2012). Ses poèmes ont été traduits en plusieurs langues ; elle est en outre invitée dans plusieurs festivals internationaux, notamment : Poetry International Rotterdam (Pays-Bas); Felix Poetry Festival (Belgique); Struga Poetry Evenings (Macédoine); Poetas D(in)versos (La Corogne); Festival Babel de littérature et traduction (Suisse); Chiasso Letteraria (Suisse); Internationales Literatur Festival Leukerbad (Suisse); Poestate (Suisse); Poetry on the Road (Allemagne); et 10Tal / The Stockholm Poetry Festival (Suède). En 2017, elle a présenté ses travaux de recherche auprès des universités de Cork et de Dublin. Elle compte, depuis 2016, parmi les poètes sélectionnés dans le cadre du projet Versopolis, promu par l’Union Européenne.

Fulvio Caccia, poète, essayiste et romancier, vit  en région parisienne. Il a publié cinque romans dont La Coïncidence (Guernica, 2005) et Un été catalan (Balzac, 2018) ; le recueil de nouvelles Golden Eighties (Balzac, 1994) ; et six recueils de poésie dont Aknos (Guernica, 1994, couronné par le prix du Gouverneur-général du Canada) et Italie et autres voyages (co-édition Noroît/Bruno Doucey, 2010). En 2018 il a publié l’essai Diversité culturelle : vers l’état-culture (Éditions Laborintus). Il est l’un des fondateurs du magazine transculturel ViceVersa, et le directeur-fondateur de l’Observatoire de la diversité culturelle.

Né à Milan, Roméo Fratti est un professeur de lettres, journaliste culturel, traducteur littéraire, écrivain public et comédien franco-italien. Quadrilingue français, italien, anglais et allemand, il écrit pour les revues La République des Livres, Vice Versa Online et Toutelaculture.com ; il tient également le blog Fragments, hébergé par Le Monde.fr. Ses activités de traduction l’ont conduit à travailler avec les éditions Dargaud et Portaparole. Ses chroniques radiophoniques sur l’humour littéraire ont notamment été diffusées sur France Culture. Depuis avril 2017, il anime Broutage de feuillets, une webradio consacrée aux aspects insolites, loufoques et humoristiques de la littérature.

Mia Lecomte est une poétesse et une écrivaine italienne d’origine française. Parmi ses dernières publications : les recueils poétiques  Intanto il tempo (2012) et Al museo delle relazioni interrotte (2016) ; le livre de récits Cronache da un’impossibilità (2015) ; et le livre pour enfants L’altracittà (2010). Ses poèmes ont été publiés en Italie et à l’étranger dans de nombreuses revues littéraires et anthologies, et en 2012 au Canada a paru le choix bilingue de ses poèmes For the Maintenance of Landscape. Elle est critique littéraire dans le domaine de la littérature transnationale italophone et en particulier de la poésie, à laquelle a dédié l’essai Di un poetico altrove. Poesia transnazionale italofona (1960-2016) (2018) ; elle a dirigé les anthologies Ai confini dei verso. Poesia della migrazione in italiano (2006), Sempre ai confini del verso. Dispatri poetici in italiano (2011) et, avec Luigi Bonaffini, A New Map. The Poetry of Migrant Writers in Italy (2011). Elle est rédactrice de la revue semestrielle de poésie comparée Semicerchio et collabore à l’édition italienne de Le Monde Diplomatique. Elle a créé en 2009 la Compagnia delle poete, dont elle fait partie, un groupe théâtral de poètes étrangères italophones, qui font des performances poético-théatrâles basées sur la contamination des langues et des cultures, ainsi que sur des langages artistiques différents.

Maria Grazia Negro est une chercheuse en Littératures Comparées qui a enseigné pendant vingt ans dans différentes Universités étrangères (Casablanca, Salzbourg, Istanbul). Maintenant elle enseigne au Lycée Dante Alighieri de Bressanone. Ses centres d’intérêt concernent la littérature postcoloniale et transnationale, les études culturelles et diasporiques, l’imaginaire artistique et littéraire. Parmi ses publications les plus importantes : La spina nel cuore : La figura di Margarete Maultasch tra Otto e Novecento (1997, en collaboration avec B. Ricci, S. Antonello) ; Nuovo Immaginario Italiano. Italiani e stranieri a confronto nella letteratura italiana contemporanea (2009, en collaboration avec M. C. Mauceri) ; Il mondo, il grido e la parola. La questione linguistica nella letteratura postcoloniale italiana (2015). Elle est membre du comité de rédaction de Sinestesie, maison d’édition, et réviseuse de la revue en ligne Novecento transnazionale. Letterature, arti e culture / Transnational 20th Century. Literatures, Arts and Cultures. Elle a travaillé à la diffusion d’événements littéraires à l’étranger.

Gioia Panzarella est spécialisée dans les littératures de la migration italophones ; elle a terminé en 2018 une thèse de doctorat intitulée Disseminating Migration Literature : A Dialogue with Contemporary Italy, élaborée à l’Université de Warwick (Royaume-Uni). Depuis 2007, elle travaille en tant que journaliste, rédactrice et content manager pour plusieurs revues, maisons d’édition et agences web. Elle a supervisé l’ouvrage Madrigne in un’unica partitura (Ledizioni, 2015), coécrit par les membres de la Compagnie delle poete. En 2016, elle a assuré la coordination du projet «Collaborative Translation: A Model for Inclusion», en partenariat avec l’Université de Monash (Australie). Depuis 2011, elle enseigne l’italien comme langue étrangère et langue seconde en Italie et en Autriche, ainsi qu’au Royaume-Uni.

Andrea Sirotti est né à Florence, où il enseigne la langue et la littérature anglaises. Ses centres d’intérêt concernent surtout la poésie contemporaine féminine et postcoloniale. Il est membre du comité de rédaction de Semicerchio, revue de poésie comparée , d’ El Ghibli, revue en ligne de littérature migrante et d’Interno Poesia, blog et maison d’édition ayant pour objectif la promotion de la poésie. Il est, depuis 1999, traducteur littéraire, tout particulièrement de poèmes et de récits postcoloniaux. Il a notamment traduit les œuvres de Carol Ann Duffy, Sujata Bhatt, Margaret Atwood, Karen Alkalay-Gut, Eavan Boland, Sally Read, Hisham Matar, Hari Kunzru, Lloyd Jones, Alexis Wright, Aatish Taseer, ainsi que de Chimamanda Ngozi Adichie. Il enseigne pendant plusieurs années la traduction poétique dans le cadre de masters universitaires (à Pise et à Florence) et d’autres structures de formation. Il travaille à la diffusion d’événements littéraires et collabore à l’organisation de festivals de poésie internationale. De 2000 à 2008, il supervise avec Vittorio Biagini le projet «Nodo sottile», dédié à la poésie des jeunes et initié par la mairie de Florence. En 2010, il coécrit avec Shaul Bassi l’ouvrage Gli studi postcoloniali. Un’introduzione, publié chez Le Lettere. Il se consacre depuis quelque temps à des activités de freelance en tant que scout littéraire et consultant éditorial.   

 Sarah Ventimiglia, née à Venise, vit entre Paris et Marseille. Elle est docteur en Etudes Italiennes auprès de l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, avec une thèse sur le rapport entre poésie et prose chez Cesare Pavese. Enseignante d’italien en France, elle est traductrice de poésie contemporaine vers l’italien et vers le français : Ghérasim Luca (dans Poesia), Gabriella Maleti (dans Les cahiers d’Eucharis)Elle a participé à la traduction collective des Canzoni de Leopardi (Chanson, Le Lavoir Saint-Martin, 2014). En 2016, elle a organisé et animé, avec Mia Lecomte et Giovanni Solinas, la rencontre Che lingua sei. Diversità, passaporti, identità: la poesia italiana contemporanea in una prospettiva transnazionale plurilingue (Librairie italienne La tour de Babel, Paris).

Patrick Williamson est né à Madrid et vit à Paris. Diplomé d’une licence d’Etudes européenne à UEA, Norwich, R-U, et un diplome en Sub-editing and Design du London School of Journalism. Il est chargé d’enseignement vacataire dans un Master de traduction à ESIT, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, mais travaille principalement comme traducteur spécialisé dans la finance. Il est également poète et traducteur littéraire et a publié une douzaine d’ouvrages. Derniers recueils : Nel Santuario (anglais-italien, Samuele Editore, 2013), Gifted (Corrupt Press, 2014), Tiens ta langue/Hold your tongue (Harmattan, 2014) et Beneficato (anglais-italien, Samuele Editore, 2015). Il est éditeur et traducteur de The Parley Tree, Poets from French-speaking Africa and the Arab World (Arc Publications, 2012). Traducteur de Tahar Bekri, Gilles Cyr, Guido Cupani et Erri de Luca, entre autres.