Comment fonctionne l’activité de traduction/révision réalisée par LINGUAFRANCA?

1. L’auteur décide de confier son texte à l’agence pour diverses raisons :

a) La première, et sans doute la plus fréquente, réside dans le désir/besoin de l’auteur de voir son texte rencontrer d’autres publics que celui auquel il a été initialement destiné par le choix de la langue d’écriture. Ce choix, faut-il le préciser, est souvent dicté par les circonstances que vivent un nombre croissant d’écrivains exilés, expatriés et réfugiés. Aujourd’hui, la traversée des frontières linguistico-littéraires se fait sous le contrôle presqu’exclusif du service des droits étrangers (si l’auteur a la chance d’être publié chez un éditeur prestigieux), ou encore à la demande expresse de l’éditeur du pays étranger, qui le sollicite directement et qui se charge de sa traduction. Dans un autre cas de figure, s’il est bilingue, l’auteur peut, le cas échéant, choisir délibérément de faire passer les douanes linguistiques à son propre texte. Certains écrivains de pays multilingues comme la Suisse, le Canada, la Belgique s’y essaient avec un bonheur inégal. Enfin, les auteurs provenant de pays où la langue est peu diffusée sont contraints d’apprendre une langue majeure ou, s’ils en ont les moyens, de faire traduire leurs textes. À l’heure d’internet et de la traduction automatisée, toutes ces contraintes demeurent et modifient d’autant plus leur circulation. Sensible à toutes les problématiques des littératures transnationales, et en général à celles d’immigrations-transmigrations, l’agence a pour objectif de remédier à ce goulot d’étranglement en proposant des traductions à bonne distance des certaines politiques éditoriales standardisées.

b) Dans le cas où l’auteur a lui-même traduit son texte dans la nouvelle langue, une révision compétente est souvent nécessaire. Mais il importe que cette révision soit celle d’un pair, d’un écrivain en mesure d’apprécier, par-delà des imperfections linguistiques, la voix spécifique qui se niche dans le texte et qu’il convient de relever. Ce qui n’est pas toujours le cas lorsque les impératifs du marché dictent les canons officiels d’une langue uniformisée pour «le grand public».

            2. Avant de soumettre son texte, l’auteur est tenu de consulter la page consacrée aux traducteurs et relecteurs qui collaborent avec notre agence – qui incluent des collaborateurs externes ainsi que des membres du comité de direction – afin de choisir la personne à laquelle il souhaite confier sa mission rédactionnelle. L’auteur est ensuite invité à se mettre en contact avec l’agence – en utilisant le formulaire approprié ou le bouton de connexion sur la page du traducteur/réviseur choisi – en précisant son choix et en joignant son texte. Le comité se réunira pour évaluer le texte proposé. En cas de refus, l’auteur sera informé dans le respect des délais prévus; en cas d’acceptation, il recevra un devis directement de la part du traducteur/relecteur retenu.

Selon les profils et les disponibilités des professionnels sollicités, les traductions pourront, le cas échéant, concerner des textes non littéraires (essais historiques, philosophiques, sociologiques, critiques littéraires, etc.), des catalogues d’art, ou encore d’autres formes de traduction éditoriale. Dans d’autres cas, le traducteur pourra assumer un rôle d’agent, afin d’appuyer l’auteur dans ses démarches de publication.

La révision et la traduction seront encadrées par un service juridique qui veillera au respect du droit d’auteur, ainsi que des normes juridiques nationales et internationales. La responsabilité de ces activités sera partagée à l’intérieur de l’équipe dirigeante et sera détaillée dans le règlement intérieur.

 

Si vous êtes intéressés par les services de révision / traduction de LINGUAFRANCA, vous êtes invités à contacter l’agence via le formulaire de CONTACT du site. Une réponse vous sera envoyée dans les plus brefs délai.